Hier, une avalanche de messages électroniques a submergé ma boîte mail. De minute en minute, j’apprenais que, dans les pays habituels, mes vidéos étaient bloquées, voire supprimées. Dans cette éditorial, j’invite ceux qui souhaitent me suivre à consulter régulièrement mon blogue. Ils y trouveront toute mon actualité ainsi que tous mes travaux. Hier, j’ai posté mes commentaires à propos d’un article inquiétant : dans sa livraison du 1er juin, l’organe juif britannique The Jewish Chronicle a titré en une : « Une affaire d’incitation à la haine ouvre la porte à des procès contre des négateurs de l’Holocauste ». L’auteur explique qu’après le verdict rendu le 24 mai dernier contre Alison Chabloz : « Les experts estiment que la condamnation pourrait avoir des conséquences étendues pour toutes les formes de négation de l’Holocauste diffusées sur les réseaux de communication publics électroniques. La décision pourrait signifier une augmentation du nombre de ces cas devant les tribunaux. » Ma conclusion est simple : « En matière de répression du révisionnisme, la Grande-Bretagne se trouve à la croisée des chemins : avec l’affaire Chabloz, un précédent a été posé, qui pourrait permettre de poursuivre toute forme de révisionnisme. » Mais qu’importe : quel que puisse être mon avenir, je continuerai, jusqu’au bout, à dire publiquement ce que j’estime être la vérité.